Légende de Sainte-Fauste

Légende de Sainte-Fauste

Légende locale 

Fauste était, il y a bien longtemps, une petite paysanne très pieuse, d'environ une douzaine d'années, qui vivait aux Sarrays. Elle était maltraitée par sa belle-mère. Le rôle de Fauste consistait essentiellement à faire fuir les corbeaux qui, sans elle, auraient mangé les cultures.

Un jour, toute la famille se rendit à la messe, sauf Fauste qui, à son grand regret, devait rester surveiller les champs. Grâce à une intervention divine, elle réussit à renfermer les corbeaux dans une grange, mais, l'un d'eux tenta de s'échapper. La petite paysanne réussit à le rattraper alors qu'une plume de l'oiseau lui restait dans la main.

Fauste, transformée (toujours par intervention divine) pour que personne ne la reconnaisse, se rendit à la messe. Cependant, sa belle-mère la reconnut et elle eut à  subir des représailles. Elle mourut des mauvais traitements endurés alors qu'elle gardait les cultures. Son corps est allé de lui-même s'ensevelir dans la mardelle la plus proche, appelée encore aujourd'hui Mardelle Sainte. Voilà pourquoi, Sainte Fauste est représentée avec une plume de corbeau. Et pourquoi, il n'y a rien d'étonnant à ce que cette plume soit  un des symboles du logo du village qui porte son nom.

 

Statue de Sainte Fauste, représentée avec une plume de corbeau, se trouvant dans l'église.

Translation des reliques de Sainte-Fauste 

Sainte Fauste fut une vierge martyre décapitée par un proconsul d'aquitaine. Au gré des invasions, les reliques de la sainte voyagent : de Fézensac à Brivezac quand les normands débarquent puis en direction de l'abbaye de La Prée (commune de Ségry) en 1247, lorsque les Anglais arrivent en Aquitaine.

Bref, le convoi, arrive vers Les Sarrays où il existait à l'époque un prieuré.

Et c'est là que les versions divergent.

L'une d'entre elles dit que les boeufs du convoi refusèrent d'avancer et que les reliques sont allées d'elles-mêmes dans une mardelle (excavation dû à l'effondrement du sol calcaire érodé par des infiltrations d'eau pluviale).

Une autre explique que des voleurs essayèrent de s'emparer des reliques et qu'ils périrent foudroyés. Les reliques finissant, là aussi, ensevelies dans la mardelle.

Une troisième version indique que, devant la ferveur des habitants, l'abbé de La Prée leur donna quelques ossements.

Même s'il existe plusieurs versions, il nous reste au moins deux certitudes. La paroisse de La Ferté a pris le nom de La Ferté Sainte-Fauste et la mardelle est depuis appelée La Mardelle-Sainte.  

 

Vitrail de l'église montrant Sainte Fauste priant dans un champ de blé,un coprbeau volant au dessus d'elle, non loin des Sarrays que l'on peut apercevoir au fond.